LES LARMES DE MÉDUSE

Méduse, l'unique mortelle des trois Gorgones.

La Méduse est un personnage relativement empreint dans notre société, dans un aspect tantôt culturel, lexical, métaphorique ou symbolique. J'ai toujours été fascinée par cette femme que l'on représente parfois dotée d'une grande beauté, intimidante, et d'autres fois avec un physique repoussant, animal et effrayant. Comme la plupart des gens, j'avais cette vision de Méduse en tant que créature mauvaise qui pétrifie quiconque croise son regard, à l'imposante chevelure de serpents.

Cette étrange fascination m'a poussée à faire des recherches sur son histoire, à vouloir connaître les racines de cette figure mythologique féminine.

Afin de mieux saisir les intentions de cette installation, il est nécessaire de resituer le contexte autour de Méduse.

Méduse est issue d'un milieu relativement matriarcal et féminin, que ce soit par ses soeurs Euryale et Sthéno, ou ses soeurs aînées, les Grées. Elle était une très belle jeune femme, fière de sa chevelure qui était époustouflante de beauté. Sous son charme, Poséidon en tombe amoureux, se métamorphose en oiseau et l'enlève. Il l'emmène dans le temple de la déesse Athéna et la viole. Athéna, vexée par cette profanation, décide alors de punir Méduse en l'affublant, entre autres, de la fameuse chevelure de serpents et d'yeux capables de pétrifier tous ceux qui la croisent. Elle sera ensuite décapitée par Persée, grandement soutenu par Athéna. Sa tête sera alors fixée sur le bouclier de cette dernière comme arme de défense, les yeux de Méduse n'ayant pas perdu de leur pouvoir malgré la mort.

Athéna a décidé de punir la victime plutôt que le bourreau, et l'injustice découlant de ce mythe m'a poussée à réaliser cette installation intitulée "Les Larmes de Méduse". La structure principale est faite de fils de laine, en référence, notamment, aux métiers à tisser, et aux professions liées à la couture, au textile, que l'on qualifiait autrefois réservées aux femmes. Le parapluie transparent est la représentation contemporaine du bouclier, et rappelle également la forme d'une méduse (animal). Les masques loups ramène à la tête de la Gorgone fixée sur ce même bouclier. Les fils qui s'entremêlent et forment une boucle entre le regard de Méduse, et son sort final, sont le symbole d'un cycle fait d'injustice et de cruauté.

Méduse est connue pour lancer des éclairs de ses iris, et je voulais que la projection provienne de ses glandes lacrymales.

© Manon Di Chiappari